Un manifestant pour le Tibet libre probablement décédé après s’être tranché la gorge

 

(TibetanReview.net, 25 juin 2017)

Le tout dernier geste de protestation désespéré au Tibet sous domination chinoise semble avoir pris une nouvelle forme :

un homme aurait lancé un appel à la liberté avant de se trancher la gorge, geste de protestation solitaire devant le temple de Jokhang, dans la capitale Lhassa le 23 juin.

On ne sait rien de l’identité de l’individu ni de sa situation, dit le service tibétain de Radio Free Asia (Washington) le 23 juin. Le rapport cite une source locale parlant sous condition d’anonymat, disant qu’il était peu probable que le manifestant ait survécu.

Selon ce rapport, l’incident se serait déroulé à 10h du matin et la police chinoise a couvert les lieux de draps bleus dès son arrivée, afin qu’aucun signe ne soit visible.

Aucun déploiement de policiers ou patrouilles supplémentaires, ni mesures de contrôle ostensibles n’ont été mises en place, de façon à ce que tout semble normal et que ceux qui n’ont pas assisté à l’incident n’aient aucun soupçon sur ce qui aurait pu se produire.

Selon une autre source citée par le rapport, s’exprimant également sous condition d’anonymat, “les Tibétains continuaient de se rendre au Jokhang pour prier et recevoir des bénédictions,et les gens dans les alentours se comportaient comme d’habitude”.