Le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine. (Sikyong à des étudiants Chinois)

Lundi 1er mai 2017, Yeshe Choesang, Tibet Post International

Dharamshala — Le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine mais la voie du milieu demeure
une solution mutuellement acceptable à la question du Tibet, a dit le leader tibétain
démocratiquement élu, Sikyong Dr Lobsang Sangay à l’occasion d’un voyage de deux
jours en Australie à partir du 28 avril.

 

 

 

 

Dans son message de lutte non-violente pour la liberté du Tibet, le Dr Lobsang Sangay a
évoqué l’histoire du Tibet, la voie du milieu et d’autres sujets liés au Tibet devant un
groupe d’étudiants chinois venus de Chine.

D’après le Bureau du Tibet en Australie, le Dr Sangay est arrivé à Brisbane, capitale du
Queensland australien, le 28 avril pour une visite de deux jours dans le pays avec le
Représentant Lhakpa Tshoko. Le Sikyong a rencontré des étudiants de Chine continentale,
et il a échangé avec eux sur le Tibet. Le Sikyong a parlé de le relation entre le Tibet et la
Chine, dans le passé et aujourd’hui.

Il leur a expliqué les raisons pour lesquelles le Tibet
n’a jamais fait partie de la Chine, la situation actuelle au Tibet, et leur a donné des
informations sur la Révolution culturelle, quand les monastères sacrés du Tibet ont été
détruits, les textes bouddhistes sacrés brûlés, les moines et les nonnes détenus et
torturés. Le Sikyong a aussi abordé la politique chinoise de transfert de populations Han,
et l’impact sur les Tibétains devenus citoyens de seconde zone dans leur propre pays.

Il a également parlé et expliqué la voie du milieu initiée par Sa Sainteté qui cherche la
véritable autonomie pour le peuple tibétain dans le cadre de la constitution chinoise, par
le biais d’un dialogue constructif.
S’adressant à la communauté tibétaine, le Sikyong a parlé de plusieurs sujets liés à la
lutte des Tibétains dont l’importance de l’unité et la préservation de la richesse de la
langue et de la culture tibétaines, tel que le conseille Sa Sainteté le Dalai Lama.