Un immolé survivant libéré après 5 ans de prison

Un immolé survivant libéré après 5 ans de prisonSamedi 1er avril 2017

Par Tenzin Monlam / source : Phayul.com

DHARAMSHALA, 1er avril: un moine tibétain ayant survécu à sa tentative d’immolation dans le comté de Ngaba en 2011 a été libéré à la fin du mois dernier après plus de cinq ans passés dans une prison chinoise, rapporte Radio Free Asia.

Une source a dit à RFA que la police chinoise avait emmené Lobsang Kunchok le 28 mars, jour de sa libération, dans une région nomade loin de la résidence de sa famille.

Bien que sa peine soit arrivée à son terme en début de mois, la libération du moine du monastère de Kirti a été différée par mesure de précaution en raison de la situation politique sensible en mars.

Les autorités ont tenté de garder secrète la nouvelle de sa libération mais l’un de ses amis l’a rencontré le 29 mars après avoir appris qu’il avait été libéré de la prison de Deyang au Sichuan.

« Ses parents n’ont pas été informés de la date de sa libération, et personne n’était autorisé à venir l’accueillir » dit la source de RFA. « Les autorités ne l’ont pas autorisé à se rendre chez lui dans la localité de Meruma à Ngaba, et le tiennent à l’écart du monde dans une région nomade éloignée. »

Konchok et un autre moine du nom de Lobsang Kalsang s’étaient mis le feu le 26 septembre 2011 dans la ville de Ngaba. Pendant qu’ils brûlaient, les deux jeunes moines avaient lancé des slogans appelant à la longue vie de Sa Sainteté de Dalai Lama et à la liberté religieuse au Tibet.

Lobsang Kalsang est décédé sur place tandis que Konchok a été emmené dans un hôpital du comté de Barkham dans la province du Sichuan pour y être soigné. A cause des blessures résultant de l’immolation, il a du être amputé d’une jambe.

La source a également dit que le moine avait subi de graves tortures pendant sa détention. Pour le moment, il n’y a aucune information sur sa condition physique. Les deux moines étaient des adolescents lorsqu’ils ont mené leur protestation par immolation. Depuis 2009, 147 Tibétains ont eu recours à l’immolation comme forme de protestation contre la domination chinoise au Tibet.