Le PC chinois a un nouveau politburo, pas de successeur évident pour Xi

Par Reuters le 25.10.2017

par Philip Wen et Michael Martina

PEKIN (Reuters) – Le Parti communiste chinois a rompu avec les usages mercredi en dévoilant un nouveau comité permanent du bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) sans aucun successeur évident au président Xi Jinping.

Les noms des sept membres du noyau central du pouvoir chinois ont été annoncés par le chef de l’Etat peu avant la clôture du 19e Congrès du PCC dans le palais de l’Assemblée du peuple à Pékin, lors d’une cérémonie retransmise en direct à la télévision.

Hormis Xi Jinping, le Premier ministre Li Keqiang est le seul à conserver son poste au sein du comité permanent.

Ce renouvellement en profondeur de l’instance suprême du PCC alimente désormais des spéculations selon desquelles Xi, sans doute le plus puissant dirigeant chinois depuis Mao Zedong, pourrait rester au pouvoir sous une forme ou une autre après l’expiration de son second mandat en 2022.

Les sept membres du comité permanent du politburo sont âgés de plus de soixante ans et, pour la première fois, aucun d’eux n’est né avant la Révolution communiste de 1949.

Durant ce 19e Congrès, Xi Jinping, déjà désigné l’an dernier comme “noyau dur” du PCC, a considérablement renforcé ses pouvoirs en obtenant que sa théorie politique soit gravée dans la charte du parti unique.

La composition du nouveau comité permanent apparaît davantage comme un compromis visant à intégrer plusieurs clans au sein de l’élite.

“Je suis convaincu que Xi a dépensé beaucoup plus d’énergie pour obtenir que sa pensée figure dans la charte du parti et n’a pas nécessairement gaspillé tout son capital politique pour promouvoir tous ceux qu’il voulait”, estime Damien Ma, chercheur à l’institut Paulson.

SIXIÈME GÉNÉRATION

Li Zhanshu, le directeur de cabinet de Xi Jinping, qui accompagne fréquemment le président lors de ses voyages à l’étranger, a été nommé au poste de numéro trois du comité, ce qui signifie qu’il assumera probablement le rôle de président de l’Assemblée nationale populaire. Sa nomination ne sera pas confirmée avant une réunion du Parlement chinois en mars.

Parmi les autres membres figurent deux autres très proches du chef de l’Etat: le directeur du département de l’organisation Zhao Leji, et le directeur du Centre de recherche en politiques publiques du comité central Wang Huning.

Ils siègeront aux côtés du vice-Premier ministre Wang Yang, représentant une faction rivale, et du chef du parti à Shanghai, Han Zheng.

Wang Qishan, le tout puissant chef de la commission centrale de discipline du parti, responsable de la lutte anticorruption, a dû abandonner ses fonctions au politburo comme à la commission de discipline, atteint par la limite d’âge de 68 ans. C’est Zhao Leji qui sera désormais en charge de la lutte anticorruption.

Parmi ces nouveaux membres du comité permanent, aucun ne fait cependant figure de successeur potentiel de Xi Jinping, comme cela aurait pu être le cas si le secrétaire du PCC dans la province de Guangdong, Hu Chunhua, ou l’ancien chef du parti à Chongqing, Chen Miner, avaient été promus.

Les deux hommes, qui font partie de la “sixième génération” de dirigeants du PCC, doivent se contenter d’un siège au bureau politique composé de 25 membres.

Lors du 17e Congrès du parti, en 2007, les nominations des “jeunes” Xi Jinping et Li Keqiang au comité permanent avaient laissé entendre qu’ils succéderaient aux deux dirigeants de l’époque, le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao, ce qui s’était confirmé cinq ans plus tard.

(Ben Blanchard et Benjamin Kang Lim; Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)