Le Dalai Lama honore de sa présence la rencontre ‘Cinq et cinquante’

Par Tenzin Dharpo                                         Source : Phayul.com                                           Traduction : Tibetan.fr

DHARAMSHALA, 7 octobre : le 2ème jour de la rencontre “5 et 50” de l’administration centrale tibétaine (CTA) a vu le chef tibétain en exil, Sa Sainteté le Dalai Lama, assister à la session qualifiée de “brainstorming” par le président Dr Lobsang Sangay.

 

La conférence n’étant pas publique, on ne sait pas ce qu’a dit le leader tibétain. Hier, lors de l’ouverture des trois journées, le président Sangay aurait dit (selon Tibet.net, site de la CTA) : “nous avons choisi chacun d’entre vous individuellement en raison de votre contribution de longue date à la cause du Tibet, ou pour votre expertise et votre expérience dans le champ des relations internationales. Après le forum, nous formulerons notre future feuille de route en prenant en compte vos données d’entrée. Aussi nous voudrions que vous nous conseilliez comme vous conseilleriez vos propres gouvernements, ou organisation pour lesquelles vous travaillez.”

Hier, la session inaugurale a vu des orateurs comme l’universitaire indien Dr Meenakshi Gopinath, le spécialiste en stratégie politique Jamie Metzl, le politicien allemand Dr Schwartz Schilling, et le parlementaire taïwanais Freddy Lim.
Lors du dîner d’accueil jeudi, lancien Kalon Tripa, le professeur Samdhong Rinpoche, a dit que “Sa Sainteté le Dalai Lama vivra longtemps, comme il l’a promis au peuple tibétain.

Cependant, il y a une limite. En l’absence de Sa Sainteté le Dalai Lama, les Tibétains pourraient être à l’orée de leurs jours les plus sombres. Dans un tel scenario, seule l’administration démocratique établie par Sa Sainteté serait en mesure de guider le peuple tibétain”.

Plus de 185 participants, dont 82 non-Tibétains venus de 21 pays, ont convergé vers Dharamsala pour ce forum de trois jours.

La vision “5 et 50”, l’une des politiques phares du Dr Lobsang Sangay, a été lancée en mai l’an dernier lors de la cérémonie de prestation de serment du second mandat du Sikyong ou Président, chef politique du Tibet. La politique appelle à une revitalisation de la lutte du peuple tibétain, pour rechercher une véritable autonomie de Pékin dans les 5 années à venir par l’approche de la voie du milieu, tout en élaborant un plan de secours pour une stratégie visant à encourager et soutenir le mouvement tibétain pendant les 50 prochaines années.